Retour à la page principale

Mis à jour : 2021-03-06 20:44:35 (heure de Paris).

Décès d’après l’ECDC

Les données pour ces graphiques ne sont plus disponibles sur une base quotidienne mais seulement sur une base hebdomadaire (parution le jeudi depuis le 17 décembre 2020).

De plus, depuis le 17 février 2020, le format du jeu de données à changer et je n’ai pas encore eu le temps de refaire les routines de visualisation.

Pour voir un pays seul : double-clic sur le pays dans la légende. Pour activer/désactiver un pays : simple clic sur le pays.

Décès cumulé

Décés hebdomadaires

Cas hebdomadaires

Structure d’âge de l’épidémie en France

Cas et mortalité par age

Note: la mortalité ici correspond à la mortalité en hopitaux, il convient d’ajouter 30% de mortalité dans les EHPAD qui correspond aux plus de 80 ans. Note: la mortalité pour les plus de 80 ans est ici approximée en distribuant à parts égales la mortalité en EHPAD sur les 80-89 ans et les plus de 90 ans. Le graphique de gauche montre qu’il y a en gros une multiplication par 10 de la probabilité de mourir du Covid tous les 20 ans d’âge. C’est aussi ce qui est trouvé dans un article de décembre 2020 qui compile plusieurs publications de très bonne qualité à l’échelle mondiale.

Le graphique de droite indique que cette progression est encore plus rapide que celle du taux de mortalité naturel (qui augmente aussi fortement avec l’âge évidemment). Attention, la baisse à plus de 90 ans est probablement un artefact lié aux inconnues sur l’âge de mortalité en EHPAD.

Evolution des résultats de test par tranche d’âge

Les tests inclus sont soit PCR soit antigéniques, tels que présenté dans le système SI-DEP.

Note : les tranches d’âge sont indiquées par l’âge maximum de la tranche d’âge, excepté pour la tranche des plus de 90 ans.

Sur-mortalité par classe d’âge (INSEE)

Taux de variation de la mortalité quotidienne (lissage 7 jours) par rapport à 2018-2019.

Pour faire cette courbe, on fait d’abord la différence entre le nombre de mort chaque jour (lissé sur les 7 derniers jours) et la moyenne du nombre de morts le même jour en 2018 et 2019 (lissé sur les 7 derniers jours), on redivise ensuite par ce dernier chiffre pour obtenir le taux de mortalité relatif à la mortalité habituelle pour la classe d’âge ce jour de l’année.

Source: INSEE.

On voit très bien sur cette courbe l’augmentation de la mortalité à 2 niveaux différents :

  • les 45-69 ans atteignent entre 27 et 38 % de sur-mortalité au 4 avril,
  • les 70-99 ans voient leur sur-mortalité jouralière atteindre 58 à 67% le même jour.

En ajoutant les autres classes d’âges (double cliquer sur la tranche d’âge dans la légende) on peut aussi distinguer :

  • les 100 à 104 ans eux atteignent une surmortalité de plus de 80% pour plus de 2 semaines.
  • les 20-24 ans sont en claire sous-mortalité à partir du 15 mars : le confinement les empêche de mettre leur vie en danger d’autres manières…
  • les autres (enfants et adultes) pour lesquels il n’y a ni sur-mortalité, ni sous-mortalité claire.

Dans tous les cas la mortalité a très nettement commencé à baisser depuis le 10 avril et devient négative pour plusieurs classes d’âges : certaines personnes ont vues leur mort avancée par le COVID, ce qui entraîne après l’épidémie un déficit de mortalité par rapport à la normale.

On observe bien aussi un pic secondaire de mortalité lors des fortes chaleurs entre le 9 et le 20 août pour les plus de 50 ans.

Note : Les cartes de densités quotidiennes, devenues trop difficiles à lire, ont été remplacé par des courbes détaillant la mortalité mais aussi les admissions hospitalières, admissions en réanimation et retours à domicile.